observation préliminaire

Ce blog est ma création et, à ce titre, il est protégé, textes et images, par le "copyright', ou droit d'auteur (code de la propriété intellectuelle). Sauf pour un usage privé, toute reproduction sans mon autorisation est interdite.
POUR ME CONTACTER, colibri.blogs@orange.fr
Il est TRES IMPORTANT de lire la présentation complète de ce blog avant de consulter les messages (cliquer sur l'onglet correspondant). En effet, la cueillette des sauvages ne s'improvise pas (...) En aucun cas, les renseignements fournis dans ce blog ou les expériences culinaires personnelles relatées ici ne sauraient constituer une incitation à consommer des plantes sauvages (...), ni m'engager de quelque façon que ce soit vis-à-vis des lecteurs (...)
30 janvier 2016 - message à mes lecteurs
réactualisé au 30 mars 2019
Je n'ai pas encore pu réviser tous les billets de ce blog dont plusieurs lecteurs m'avaient signalé qu'il était illisible car parfois écrit jaune sur blanc. Je n'avais pas pensé à ce détail quand j'avais reconfiguré ce blog pour le rendre plus présentable ! Mille excuses pour la lecture peu confortable de certains anciens billets, qui ne doivent plus être très nombreux.
30 mars 2019 - memo pour désactiver le robot captcha, c'est ici
https://bellessauvagesetplus.blogspot.com/2019/03/question-pratique-aux-lecteurs-merci.html

mercredi 21 mars 2018

l'ail triquètre pour fêter le printemps dans l'assiette (et dans le jardin)


bouton et fleurs d'ail triquètre
L’ail triquètre (Allium Triquetrum L.), ainsi appelé à cause de sa tige florale à trois angles facilement reconnaissable, est une plante bulbeuse vivace de la famille des Amaryllidacées. Ses feuilles rubanées peuvent mesurer jusqu’à 40 cm, elles sont assez charnues au toucher. Ses fleurs s’épanouissent en ombelles lâches de clochettes blanches parcourues de nervures vertes. Viendront ensuite les graines - des fruits en akènes -, une par fleur. Elle se multiplie par les bulbilles ou les graines.
C’est une plante qui pousse en colonie en littoral méditerranéen, notamment, mais, depuis une dizaine d’années, elle s’est naturalisée en Bretagne, où, introduite à titre ornemental comme souvent, elle est devenue presque indésirable, tellement elle est invasive et neutralise l’espace au détriment des plantes indigènes.

On voit bien ci-dessus les trois arêtes qui forment les angles de sa tige florale.
Et ci-dessous les nervures vertes sur les pétales des fleurs.
 
Avantagée par sa croissance très rapide, elle se propage à une vitesse vertigineuse. De quelques bulbilles l'année dernière, me voici avec un parterre entier cette année. Et c'est partout pareil dans le reste du jardin, où elle s'est incrustée sans complexe au milieu de mes plantations !

 
 
Mais outre que je la trouve jolie au printemps, quand la nature n’est pas encore très gaie, elle est facilement maîtrisable : il suffit de l’arracher dans les parterres, la touffe vient toute seule, ou de la tondre en même temps que l’herbe. L’odeur d’ail qui s’en dégage est vraiment caractéristique, on ne peut se tromper : il s’agit bien d’un ail ! Et je lui trouve une utilisation très gourmande en cette saison où les herbes fraîches ne sont pas encore récoltables : elle finit dans mes assiettes, remplaçant facilement ciboulette, ciboule, et même l'ail cultivé (Allium Sativum) que j’utilise habituellement en cuisine mais dont la saison n’a pas encore débuté, étant observé que depuis quelque temps, je n’arrive plus à le garder d’une année sur l’autre, il moisit ou se dessèche...
Attention, cependant, si le goût y est, ne pas oublier que l’ail triquètre n’a aucunement les propriétés de l’ail en gousses commun. Avoir à l’esprit que si on en parfume une salade ou le cuit pour donner un goût d’ail aux préparations, il ne faut pas s’attendre à en recueillir des bienfaits quelconques qui seraient ceux attendus de l’ail destiné habituellement à la cuisine.
J’en fais souvent une sorte de pesto pour tartiner des toasts et accompagner des fruits de mer ou poissons.
Pesto d'ail triquètre
- hacher les tiges et feuilles d’ail triquètre
- mélanger avec de l’huile d’olive, sel, poivre
- ajouter des pistaches concassées.
(je pile le tout au mortier, mais vous pouvez bien sûr utiliser un robot).
Ainsi, c'est tout simplement bon !
 
mes autres utilisations habituelles en cuisine :
  • dans des paillassons de pomme de terre (pommes de terre râpées, ail triquètre haché grossièrement, œuf, un peu de farine, sel, poivre, mélanger le tout et frire par grosse cuillerée aplatie dans une huile très chaude 2-3mn par face),  
  • dans une poêlée de champignons, ou autres légumes sautés,
  • dans les farces de viande ou de poisson,
  • en saucière (faire fondre un peu de beurre dans une poêle, ajouter l'ail triquètre haché très fin, puis un peu de farine, un peu d'eau pour délayer, remuer, saler, poivrer, et servir cette sauce crémeuse et bien parfumée  pour accompagner du poisson blanc à la vapeur, par exemple,
  • en velouté (cuire des pommes de terre à l'eau, les écraser, ajouter l'ail triquètre haché fin, de l'eau de cuisson des pommes de terre, saler, poivrer - servir avec des croûtons grillés)...
 

jeudi 8 mars 2018

interlude, ou l'arbre à pinsons sous la neige

Non, non, je ne me suis pas trompée dans le titre : il ne s'agit pas des pinsons des arbres, mais bien de mon petit arbre à pinsons, celui où, quotidiennement, en toute saison, ces joyeux oiseaux des jardins peu farouches viennent manifester leur présence à la fenêtre de mon arrière-cuisine ! Surtout en hiver où ils trouvent moins à manger en abondance dans la nature un peu endormie, entre les larves ou autres petites bestioles qui pullulent dans l'herbe. Tous les jours de la saison froide, je les approvisionne en graines et boules de graisse que je jette par terre : j'ai renoncé à suspendre des filets dans les arbres : les corbeaux les détachaient  pour les emporter dans leur bec !!!
J'aime bien observer les oiseaux, il y a une vingtaine d'espèces qui peuplent mes jardins. Les pinsons ont pris l'habitude de se rassembler sur ce petit lilas en attendant que le champ soit libre (après la sortie des chats !)  pour descendre picorer tranquillement.
Le 1er mars dernier, nous avons eu une journée de neige dans ma Bretagne, je ne m'en suis pas plainte, si ce n'est du fait qu'elle était trop éphémère pour me laisser le temps d'aller à la chasse aux images : mes rochers préférés devaient être très jolis coiffés d'une moumoute blanche, ou alors c'est ma gourmandise notoire qui me fait penser à eux dès qu'il neige car, ainsi, ils me rappellent inévitablement ce dessert que  j'adore : le mont-blanc, une délicieuse pâtisserie qui avait fait la renommée de l'ancienne maison Rumpelmayer (Angelina, la maison mère) à Paris. Accompagné bien sûr d'un chocolat chaud, celui qui a fait la réputation de la maison. C'était un plaisir d'hiver que je m'offrais rituellement les après-midis, non pas seulement pour satisfaire mon palais, mais j'aimais bien aussi les lieux avec son cadre Belle-Epoque.
La neige, je ne l'ai pas vue depuis que j'habite ici en permanence, c'est-à-dire bientôt trois ans. Elle me manque un peu, et la capitale silencieuse et enveloppée dans son manteau blanc aussi. Les photographes ont dû s'y régaler dernièrement ! De là à en faire tout un fromage (euh... j'ai beaucoup de tics de langage culinaires, hein ?), j'imagine la tête de nos amis canadiens quand ils entendent nos médias parler de nos épisodes neigeux... en hiver !
J'ai photographié mes oiseaux, comme d'habitude en toute saison, mais, la semaine dernière, je n'ai eu droit qu'à la valse des pinsons grappillant les dernières graines sur le sol avant qu'il ne fût totalement recouvert par la neige. Pas assez cependant pour tenir plus d'une journée ou me laisser le temps de sortir. En fait, non, je n'avais pas du tout envie de mettre le nez dehors, ces petits oiseaux m'ayant laissé entendre qu'il faisait très, très froid, ouaf, ouaf !!!
 
Un couple de pinsons des arbres : le mâle est facilement reconnaissable à son poitrail plus coloré, presque rouge.
Et, ci-dessous, pour ceux qui sont en tricothérapie (très à la mode, paraît-il, pour être ultra zen... à condition quand même de savoir tricoter un peu, sinon le remède est pire que le mal, crise de nerfs assurée quand on perd les mailles à cause du chat qui joue avec le bout des aiguilles ou les pelotes !), je propose ce joli point pour un pull d'hiver, un mélange de côtes anglaises et de point de sable, ou encore autres points en relief !
 

 

Libellés

2018 (1) acacia (6) actualité (1) agaric des bois (1) agaric sylvestre (1) aigrette (1) ail des ours (2) ail triquètre (6) alliaire (4) arbres (1) arroche (1) arroche en arbrisseau (1) automne (1) bardane (4) beignet (4) berce (7) bernaches (1) bette (1) bette maritime (5) betterave (1) bière (1) bigorneau (2) blogs (5) blogs amis (7) blogs recommandés (2) bonbon (1) boulettes (2) bourdaine (1) bourrache (2) bourse à pasteur (1) brèdes (1) bretagne (15) buccins (1) calamar (1) camélia (1) captcha (1) champignons (8) chardonneret élégant (1) châtaigne (1) chou marin (2) ciboulette (2) clavaire crépue (1) clématite des haies (1) clitocybe améthyste (2) clitocybe laqué (1) colza (4) combava (1) confiture (8) consoude (6) contribution lecteurs (1) coques (3) cornouille (1) coulemelle (1) crabe vert (1) cramaillote (2) crambe maritime (2) crème dessert (1) crépinette (1) cressonnette (1) criste (3) cross over (2) cross over (blogs) (1) cueillette (1) cuisine exotique (1) dédicace (6) dessert (3) diplotaxis(fausse roquette) (1) dolmades (4) égopode (2) encre de seiche (1) étourneau sansonnet (1) excidie glanduleuse (1) farce (2) farci (1) farcis (1) faune (2) feuille de pêcher (1) feuilleté (1) ficaire (1) fiche (4) fiches (18) fistuline hépatique (3) fleur de pissenlit (1) fleurs (2) gateau (3) gâteau (4) gelée (7) glace (2) glaucienne jaune (1) goeland (1) guimauve (1) helvelle crépue (1) histoire (1) huîtres (6) huppe fasciée (1) inconnues à identifier (2) interlude (2) jardin (3) lactofermentation (2) laitue sauvage (3) lampsane (1) lavatère (1) lavatère maritime (1) lépiote élevée (1) lierre terrestre (3) liqueurs (2) livres (2) lotte (1) lunaire ou monnaie du pape (1) maceron (4) mahonia aquifolium (1) maquereau (1) mauve royale (3) mauve sylvestre (1) mélisse (1) merisier à grappes (1) mésanges (1) moineau domestique (1) morille (1) moutarde (2) mûre (7) navet sauvage (1) neige (1) nems (2) obione (2) oiseaux (4) oiseaux terrestres (2) oreille de judas (1) ormeaux (1) ortie (1) paillassons (1) pain (1) palourdes (4) papillon (1) pariétaire (1) passiflora caerulea (1) pause (1) pavot cornu (1) pêche (1) pêche à pied (1) perruche (1) phytolaque (6) pic noir (1) picridie (1) pied bleu (1) pinson des arbres (2) pissenlit (7) pivert (1) plagiat (1) plantes sauvages (1) pleurote (2) poisson (4) porcelle (1) poule au riz (1) praires (1) printemps (1) problème blogger (1) pruneau (1) prunelle (1) prunes (4) pub (1) purée (1) quiche (1) ravenelle (4) recettes (1) réédition (1) rencontres (2) renouée du Japon (5) résolutions (1) rhododendron (2) risotto (3) ronce (1) roumazzava (1) roussette (1) rumex (1) salade (4) salades (2) sambos (2) sauces (1) sauve à l'estragon (1) seiche (1) sirop (3) sorbier des oiseleurs (3) soupe (6) souvenir (1) souvenirs parisiens (1) sureau (7) tag (1) tanaisie (1) tartinades (1) tempête (1) tourteau (1) trémelle (1) tussilage (2) vergerette du canada (1) vin (1) violette (1) voeux (3)