observation préliminaire

Ce blog est ma création et, à ce titre, il est protégé, textes et images, par le "copyright', ou droit d'auteur (code de la propriété intellectuelle). Sauf pour un usage privé, toute reproduction sans mon autorisation est interdite. Merci de la demander à mon adresse électronique :
colibri.blogs@orange.fr
Il est est TRES IMPORTANT de lire la présentation complète de ce blog avant de consulter les messages (cliquer sur l'onglet correspondant). En effet, la cueillette des sauvages ne s'improvise pas (...) En aucun cas, les renseignements fournis dans ce blog ou les expériences culinaires personnelles relatées ici ne sauraient constituer une incitation à consommer des plantes sauvages (...), ni m'engager de quelque façon que ce soit vis-à-vis des lecteurs (...)
Nota bene :
20 décembre 2011 : ce blog est en cours de restructuration. En priant mes lecteurs de m'excuser pour les perturbations momentanées qu'ils pourront rencontrer dans leurs recherches (disparition éventuelle de messages ou absence des pages annoncées mais non encore publiées...), je leur souhaite une bonne promenade, en attendant l'achèvement des travaux prévu fin 2012.
28 février 2013 - Ce blog rouvre ses portes. Je prie mes lecteurs habituels de m'excuser d'avoir trouvé porte close pendant si longtemps sans explication, et remercie ceux qui ont eu la gentillesse de m'écrire. Je repartirai panier à la main bientôt, pour partager avec vous de nouvelles cueillettes et recettes.

vendredi 19 juillet 2013

consoude (réédition) et mise à jour photos et commentaires

La grande consoude, aussi appelée consoude officinale, consoude commune (Symphytum officinalis) attire beaucoup de lecteurs sur ce blog, certains m'ont posé des questions, d'autres ont apporté leur contribution à élargir mes connaissances, je les en remercie et réédite, à l'intention de tous et à toutes fins utiles, un billet renvoyant à celui d'août 2010, avec les commentaires susceptibles de parfaire l'intérêt des uns et des autres pour cette plante, intérêt dont ce blog à vocation conviviale veut bien se faire l'écho.
Vous pouvez lire la fiche descriptive ICI, où vous trouverez également quelques suggestions de l'utilisation que j'en fais en cuisine.
Aujourd'hui, je vais me contenter de compléter les précédents billets par quelques photos car, ainsi que le fait remarquer Daniel ci-dessous, c'est une plante "sédentaire" qui ressème facilement, pour mon grand bonheur car c'est une belle plante que je photographie souvent, d'autant plus que, pour la raison susévoquée, mon "coin" au bois  est maintenant envahi de grandes consoudes. J'en trouve facilement tout au long de l'année, et même après le fauchage dès lors que c'est une plante vivace qui repart aussitôt rasée si sa racine reste en place et pour peu qu'il y ait un peu d'humidité. La "repousse" d'ici l'automne, si le temps n'est pas trop sec, me permettra de m'en régaler encore probablement jusqu'au début de l'hiver.
C'est une plante herbacée, très robuste et résistante. Elle se multiplie par graines et aussi par boutures, selon le commentaire d'Anonyme du 13/08/2010, confirmé par celui de Daniel du 10/07/2013, deux commentaires que je publie intégralement ci-dessous :
 
"Chez B-actif (cherchez sur le net...) vous pourrez trouver des boutures de consoude (variété Bocking 14) qui font des feuilles ÉNORMES dès la deuxième année (je n'ai pas d'actions chez eux, mais je suis un de leurs clients satisfaits)"
 
"...Je confirme les propos de Anonyme du 13/08/2010.
On trouve des boutures de consoude Bocking 14 chez B-actif, l'avantage c'est que cette consoude ne se graine pas en se ressemant partout, contrairement à la consoude sauvage, elle reste "sédentaire"...
J'ai eu à plusieurs reprises la personne qui s'occupe de cela à Scaër, un accueil sympa et des conseils avisés...je lui ai dit qu'il ne ferait pas fortune en vendant ses boutures car au bout d'un an il suffit de sortir la racine, la couper en morceaux et chacun d'eux fera à nouveau un pied!!!!!
Je vais faire des recherches mais j'ignorais que la consoude pouvait avoir des fleurs jaunes. Je suis septique mais je vais rechercher...".
 
Je rappelle que les fleurs de la grande consoude sont comestibles aussi. Elles peuvent revêtir des nuances de blanc, blanc-crème, jaune (mais oui, Daniel !), rose, bleu ou mauve ! En tout cas, j'en trouve de toutes ces couleurs !


   
  
 
Beau parterre de consoude milieu de printemps dernier 

En revanche, j'ignorais que la consoude pouvait se multiplier par division de racines, c'est fort économique comme moyen de reproduction, je pratique la méthode pour beaucoup de mes fleurs de jardin ! Je vais essayer car, en Bretagne, je ne l'ai rencontrée que trop rarement à l'état sauvage pour en cueillir. Or c'est une plante que j'aime beaucoup en cuisine, notamment comme "wrap", ses grandes et larges feuilles étant assez résistantes et son goût, qu'on identifie souvent à celui du poisson, se prêtant à beaucoup de préparations salées.
Pour le sucré, je n'ai encore jamais tenté l'expérience : si quelqu'un en a déjà fait du sirop ou une boisson, merci de me le signaler et de m'en décrire le goût, car cela intéresse aussi un de mon lecteur du 4/7/13. Vu le goût de poisson prononcé qu'elle a, je me demande quelle saveur aurait un sirop de consoude !!! Mais pourquoi pas, c'est un végétal, rien ne s'y oppose, mais je ne crois pas que je prendrai du temps pour ce faire ! Si quelqu'un a essayé, je veux bien "goûter" virtuellement, avec une description du goût ! Merci à tous !
Je profite de cette réédition pour remercier tous mes lecteurs silencieux, et en particulier, aujourd'hui, Carine D., de Binche en Belgique, pour son sympathique courriel. Je lui dédicace ce billet et publie pour elle, ci-dessous, en parallèle, des photos de consoude et de rumex crépu, aux feuilles un peu plus étroites que le rumex à feuilles obtuses dont elle m'a soumis des photos pour identification, le risque de confusion, s'agissant de la comestibilité, entre consoude et rumex n'étant pas dramatique puisque ces plantes ne sont toxiques ni l'une ni l'autre, étant rappelé cependant qu'il faut appliquer les précautions d'usage pour les deux lors de la consommation en raison de leur substance spécifique. Pour ma part, sur le plant du goût pur, je préfère de loin la consoude au rumex !

  
Sans entrer dans des détails botaniques rébarbatifs pour des profanes, il y a une grande différence de toucher entre ces deux plantes : le rumex est lisse de toute part, quand la consoude est rugueuse en raison de ses poils présents sur l'ensemble de la plante, tige y comprise, ce qui la fait comparer à du velcro.
Ci-dessus, photos de consoude au printemps. Au départ la plante a un aspect légèrement "velouté" (attention, à ce stade, on peut la confondre avec la digitale, plante extrêmement toxique). Ce "velours" deviendra rapidement assez rugueux pour "piquer" au toucher et s'apparenter au velcro. Une fois la plante coupée, les parties blessées s'oxydent très vite.
Ci-dessous : le rumex (ici, un rumexcrépu) est en revanche très lisse sur toute la plante, elle peut présenter une sève assez gluante à la coupe.
 

 
Les fleurs de rumex sont assez insignifiantes, d'un blanc-crème, ses graines, très nombreuses, couleur rouille à brun foncé, se propagent partout facilement, d'où l'envahissement des jardins si on n'y prend garde, surtout qu'elles ont un pouvoir de germination assez long (dix ans !). Si on veut les éliminer manuellement, il faut vraiment arracher la racine entière, ce qui est tâche si peu facile qu'on a "inventé" le fer à rumex !!!
En revanche, la consoude a des fleurs plutôt jolies, elles attirent le fameux bourdon qui y fait des trous partout ! Ci-dessous, encore quelques photos, rien que pour le plaisir des yeux. Inutile de vous dire que, compte tenu de ma passion pour le bleu, ce sont les fleurs tirant sur le mauve qui ont ma préférence !
  
 
 
 

10 commentaires:

  1. Bonjour Colibri,

    Faut-il attendre quelle soit en fleurs pour éviter toute confusion ou bien la plante n'est plus aussi bonne à consommer à ce stade.
    En ce qui me concerne si je ne voulais pas me tromper c'est ce que je ferais.
    Je vais déjà commencer par la bourrache, j'en ai plein dans mon jardin :)

    RépondreSupprimer
  2. Bonjour Yann, J'aime bien les boutons de fleurs de consoude aussi en cuisine ! Il n'y a guère que les racines que je n'ai pas encore testées, mais tu m'imagines partant au bois avec une pelle, on pourrait penser à des choses bizarres !!! C'est vrai qu'on est jamais assez prudent quand il y a risque de confusion... J'ai essayé de mettre un plant de bourrache déplantée de la nature sauvage dans mon jardin, mais il a desséché, vu que je n'étais pas là pour l'arroser. Mais des graines sont tombées, peut-être vont-elles germer... dans quelques années !

    RépondreSupprimer
  3. J'aime venir vers ton espace, j'y apprends beaucoup et ma nouvelle approche vers la macro vient aussi de chez toi...Se rapprocher, regarder de plus près, c'est magique un coeur de fleur!
    Mettre une plante en image, la découvrir, l'identifier...c'est chouette cette simplicité Naturelle!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Coucou Hubert, moi aussi j'aime bien ton espace, beaucoup plus ouvert que le mien ! Mais bientôt, j'aurai l'horizon à perte de vue (la mer) pour aussi prendre mon temps de savourer ma nature à travers celle que l'homme a fait de la sienne...

      Supprimer
  4. Petite réflexion sur le copy right. Je considère comme un hommage que l'on plagie une partie de mes livres. De toute façon dans 90 ans tout sera libre et nous serons tous dans la pièce d'à côté. Le coût d'un procès serait tel que la totalité de mes droits d'auteur n'y suffiraient pas. Alors sur mon blog vous pouvez vous servir, piller ce que vous voulez. Protéger coûte infiniment plus cher que ce que cela peut rapporter. En toute amitié, bien-sûr !

    RépondreSupprimer
  5. Bonjour Jeanmi,
    Je n'ai aucun orgueil d'auteur (sinon je n'écrirai pas sur un blog !!!), mais je suis légaliste et je trouve détestable le pillage des blogs par certaines personnes peu scrupuleuses qui n'hésitent pas à recopier intégralement, photos comprises, un blog qui marche bien à seule fin que le leur serve de support à pub, donc de rémunération sans se fatiguer..., alors que beaucoup de blogs, comme le mien, résistent à toute sollicitation de pub ou autre, rien que pour rester dans un esprit de partage spontané et sans arrière-pensée. C'est vrai que mon bla-bla-bla sur le copyright sert plus à dissuader qu'il n'est efficace, car, comme vous le dîtes, protéger réellement coûte cher, et les procès en copyright encore plus... pour un résultat toujours très aléatoire ! Je le vois bien dans votre domaine où le plagiat est désormais monnaie courante. Cela dit, c'est amusant de voir effectivement sa prose partiellement reproduite, à la faute d'ortho et à la virgule près, en l'occurrence BSetP, en a fait l'expérience plusieurs fois par des associations de guide de la nature...

    RépondreSupprimer
  6. Bonjour, je viens de découvrir que les touffes vertes qui ornaient un de mes parterepres ressemblent a la consoude, c est tres probable car j en ai seme,mais je croyais que ca n avait pas réussi car je n ai pas de fleurs. Est ce normal? Les fleurs vennent elles la deuxiéme année. Merci de me renseigner .mj

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour Mj,
      la grande consoude est une plante vivace, elle n'a pas le cycle des bisannuelles, en principe sa floraison a lieu au printemps. Peut-être vos semis ont-il germé un peu tard cette année pour fleurir, ce qui expliquerait l'absence de fleurs. Attendez encore un peu, s'il fait chaud, ce n'est peut-être pas trop tard encore pour cette année. J'avoue que je ne pratique que la consoude sauvage, mais il m'est arrivé de voir des plantes sans fleurs... Assurez-vous que c'est bien de la consoude avant de la garder au jardin !

      Supprimer
  7. Oui, il faut être prudent. Si je sais maintenat reconnaitre la renouée du Japon grace à toi, la cousoude... je ne sais pas. Le rhumex si !

    RépondreSupprimer
  8. bonjour,

    j'ai de la consoude dans mon jardin mais je ne sais pas de laquelle il s'agit..officinale, de russie..?
    je crois que l'officinale contient moins d'alcanoide et pour les enfants c'est tout de même mieux mais en racine qu'en est il? peut on consommer toutes les racines de consoude? merci!

    RépondreSupprimer

Libellés

acacia (6) actualité (1) agaric des bois (1) agaric sylvestre (1) ail des ours (2) ail triquètre (2) alliaire (4) annonce (1) arbres (1) arroche (1) arroche en arbrisseau (1) automne (1) bardane (4) beignet (4) berce (7) bernaches (1) bette (1) bette maritime (5) betterave (1) bigorneau (2) bière (1) blogs (3) blogs amis (9) blogs recommandés (2) bonbon (1) boulettes (2) bourdaine (1) bourrache (2) bourse à pasteur (1) bretagne (11) buccins (1) calamar (1) camélia (1) champignons (6) chou marin (2) châtaigne (1) ciboulette (2) clitocybe améthyste (2) clitocybe laqué (1) clématite des haies (2) colza (3) combava (1) compagnon rouge (2) confiture (7) consoude (6) contribution lecteurs (1) coques (2) cornouille (1) coulemelle (1) crabe vert (1) cramaillote (2) crambe maritime (2) cressonnette (1) criste (3) cross over (2) cross over (blogs) (2) crème dessert (1) cueillette (1) cuisine exotique (1) dessert (3) diplotaxis(fausse roquette) (1) dolmades (4) dédicace (5) excidie glanduleuse (1) farce (2) farci (1) farcis (1) faune (1) feuille de pêcher (1) feuilleté (1) ficaire (1) fiche (3) fiches (19) fistuline hépatique (3) fleurs (2) fraises sauvages (1) gateau (3) gelée (6) glace (2) glaucienne jaune (1) guimauve (1) gâteau (4) helvelle crépue (1) histoire (1) huîtres (5) inconnues à identifier (2) insectes (1) jardin (4) laitue sauvage (3) lampsane (1) lavatère (1) lavatère maritime (1) lierre terrestre (3) liqueurs (2) livres (2) lotte (1) lunaire ou monnaie du pape (1) lépiote élevée (1) maceron (3) mahonia aquifolium (1) mauve royale (3) mauve sylvestre (1) merisier à grappes (1) morille (1) moutarde (2) mélisse (1) mémo (1) mûre (5) navet sauvage (1) nems (2) obione (2) oiseaux (2) oreille de judas (1) ortie (1) paillassons (1) pain (1) palourdes (1) papillon (1) pariétaire (1) passiflora caerulea (1) pause (1) pavot cornu (1) perruche (1) phytolaque (7) pic noir (1) picridie (1) pied bleu (1) pissenlit (6) plantes sauvages (1) plantes sauvages comestibles de saison (1) pleurote (2) poisson (2) poule au riz (1) praires (1) printemps (2) procelle (1) pruneau (1) prunelle (1) prunes (4) pub (1) purée (1) pêche à pied (1) quiche (2) ravenelle (1) rencontres (3) renouée du Japon (5) rhododendron (2) risotto (2) ronce (1) rumex (1) résolutions (1) réédition (1) salade (4) salades (2) sambos (2) sirop (3) sorbier des oiseleurs (3) soupe (6) souvenir (1) sureau (8) tag (1) tanaisie (1) tempête (1) tourteau (1) trémelle (1) tussilage (2) vin (1) violette (1) voeux (2) égopode (2)