observation préliminaire

Ce blog est ma création et, à ce titre, il est protégé, textes et images, par le "copyright', ou droit d'auteur (code de la propriété intellectuelle). Sauf pour un usage privé, toute reproduction sans mon autorisation est interdite.
POUR ME CONTACTER, laisser un message en commentaire.
Il est TRES IMPORTANT de lire la présentation complète de ce blog avant de consulter les messages (cliquer sur l'onglet correspondant). En effet, la cueillette des sauvages ne s'improvise pas (...) En aucun cas, les renseignements fournis dans ce blog ou les expériences culinaires personnelles relatées ici ne sauraient constituer une incitation à consommer des plantes sauvages (...), ni m'engager de quelque façon que ce soit vis-à-vis des lecteurs (...)
Dernier memo en date :
30 janvier 2016
Chers amis lecteurs, en attendant que je reprenne un par un les billets de ce blog dont certains lecteurs m'ont signalé qu'il était illisible car parfois écrit jaune sur blanc (*), je suis encore dans les temps pour vous souhaiter une très belle année 2016... Lire la suite ici http://bellessauvagesetplus.blogspot.fr/2016/01/blog-en-cours-de-restauration-non-non.html

jeudi 15 juillet 2010

entre terre et mer (merisier à grappes, bourdaine, et diverses maritimes)


Trop chaud pour blablater, toujours entre deux valises, je n'oublie pas ce petit blog, mon petit chouchou, où j'ai beaucoup de billets en retard. Aujourd'hui, quelques photos pour vous faire saliver, avec mes diverses récoltes terre ou mer.
Vous qui aimez les cerises dont c'est la pleine saison, je vous présente un de ses ancêtres sauvages, le merisier à grappes (Prunus padus) de la famille des Rosacées, qui fait le bonheur des oiseaux en ce moment, dont moi-même !!!
DESCRIPTION : arbuste pouvant atteindre plus de 5 m, à port dressé, aux branches assez souples parfois retombantes, à floraison très abondante et odorante. Fleurs blanches en longues grappes plutôt dressées, feuilles de taille variable selon l'arbuste, à denture tout aussi variable mais toujours dentées. Fruits se formant après les fleurs, en grappe comme son nom l'indique, petits, globuleux, de la forme d'une cerise miniature, allant du vert au noir à maturité parfaite.
UTILISATION CULINAIRE : les fruits peuvent être délicieux, bien juteux et sucrés, comme amers, c'est selon l'arbuste, mais ils ont incontestablement un goût de queue de cerise très prononcé ! Ils peuvent être consommés crus et donnent de très bonnes confitures - avec du fromage, miam ! -, sauf qu'il faut avoir le temps et la patience de remplir un petit panier !!!
ATTENTION, risque de confusion
Le merisier à grappes est un arbuste difficile à reconnaître quand on n'est pas très observateur. Moi-même, j'ai mis un an avant de l'identifier complètement, en le suivant saison par saison, de la floraison jusqu'à la fructification et, enfin, la dégustation ! En effet, au stade des fruits, une confusion est souvent possible avec un abrisseau du nom de bourdaine (Frangula alnus) ou aulne noir, de la famille des Rhamnacées, dont les fruits sont juteux et légèrement sucrés mais TOXIQUES (vomitifs et purgatifs). Les feuilles de celui-ci ne sont pas dentées et ses fruits, qui ne poussent pas en grappe, passent du rouge au noir.
Les photos ci-dessous devraient vous permettre de les distinguer, mais soyez attentifs avant de cueillir et de manger les fruits du merisier à grappes, au besoin consulter des ouvrages spécialisés pour la reconnaissance des arbres et plantes.
Les fruits du merisier à grappes sont portés par... une grappe, que l'on distingue bien au printemps quand elle est en floraison, couvrant alors l'arbuste d'une profusion de petites fleurs blanches très odorantes.

C'est encore plus évident lorsque les oiseaux sont passés et ne laissent plus que les tiges !

Ci-dessous, la bourdaine (toxique) :
ses feuilles ne sont pas dentées et ses nervures sont très saillantes en dessous, comme on le voit sur la dernière photo. Ses fruits, certes regroupés et nombreux, ne poussent pas en grappe. 

NB : les trois photos ci-dessus du bourdaine en fruits et en fleurs ne sont pas de moi, je les ai prises sur Internet, il n'y a pas de nom d'auteur, je ne sais pas qui citer et remercier. En tout cas, elles sont très représentatives de cet arbrisseau, bravo les photographes inconnus et merci d'avance pour votre autorisation d'emprunt si vous passez par là.

Ce blog va être un peu en pause, je vais encore faire quelques petits sauts par ci, par là, notamment dans ma Bretagne chérie, histoire d'emmener mon homme contempler son paysage préféré, pendant que moi, perdue dans la brume d'été, pas électrique, mais bien dense, j'essaierai de ne pas confondre mes sauvages pour ne pas me retrouver les quatre fers en l'air et pouvoir revenir bientôt m'attacher à quelques projets "nature et découvertes" qui me tiennent à coeur, dont, j'espère, vous amis lecteurs fidèles, ferez partie !
Ici, c'est le bonheur pour la récolte des maritimes. En ce moment, les bettes sont en fleur, mais l'avantage avec cette plante, c'est qu'on peut toujours récolter des feuilles tout au long de l'année, elle se ressème facilement et pousse très vite.

Bette marine en fleurs, arroche étalée, mauve royale, l'intouchable chou marin, ici, un vrai régal pour les yeux et l'assiette...
 
La mauve royale était superbe il y a quinze jours. Demain, je risque de ne trouver que des fromageons, bien délicieux en apéritif quand même, ainsi que l'obione qui va commencer à être plus coriace.
Un petit apéritif végétal très diététique : feuilles d'obione et fromageons ("fruits" de la mauve royale).

J'espère aussi retrouver ma friche envahie par la moutarde des champs, qui a fait le désespoir d'un ami voisin qui y avait semé pour moi une "prairie fleurie pour jachère". Il se demandait, la dernière fois que je l'ai vu, comment cette "mauvaise herbe" avait pu arriver là et cherchait une solution pour l'éliminer malgré mes protestations, j'essayais de lui faire comprendre que c'est très joli, qu'il pouvait la laisser s'épancher, que même on pouvait la manger (il m'a regardée avec des yeux aussi ronds que sa tête !), que ça ne me gênait absolument pas qu'elle se ressème l'année prochaine... Je crains cependant qu'Henri n'en fasse qu'à sa tête quand j'aurai le dos tourné, car s'il n'aime pas, il n'aime pas, et comme on le dit, plus têtu qu'un breton ! Mais, je rigole, car je sais d'où elles viennent les graines, des champs voisins en friches, pardi, il y en a partout autour de nos maisons !!!
 
La moutarde des champs est un excellent légume, j'en reparlerai une autre fois, plus le temps aujourd'hui, il faut faire les valoches me dit Titou !
Mais encore une plante que j'aime bien, pour clore ce billet, la bourrache :
malheureusement, la dernière fois, dans la prairie à côté de chez moi où elle s'épanche joyeusement, les plantes étaient déjà bien avancées en fleurs, les tiges, de plus de 60 cm, étaient toutes couchées par le vent. J'espère qu'elles se sont ressemées entre-temps, j'adore cette très jolie et bonne plante ! 
A bientôt !

11 commentaires:

  1. Merci d'être venue entretenir la flamme...
    Bon séjour en Bretagne!

    RépondreSupprimer
  2. En ce moment, c'est la concurrence avec les oiseaux les week-ends à la campagne. Une vraie razzia dans les cerisiers, les coeurs de pigeons sont mes préférés ! Bonnes vacances, ne te perds pas dans les brumes d'été !

    RépondreSupprimer
  3. Pour moi, ce sont, assurément, les petites anglaises ! Je passe souvent à côté de ces cerisiers à grappes, sans le savoir ! Merci Colibri, pour ces photos très instructives, je vais pouvoir me régaler en me promenant désormais !

    RépondreSupprimer
  4. J'ai oublié, bon séjour dans ta Bretagne ! Jolies, ces brumes d'été, quelquefois ça donne des paysages assez étranges, j'en connais beaucoup outre-Manche...

    RépondreSupprimer
  5. Bonjour Colibri,

    Votre blog est bien agréable. J'ai pris la décision de mettre la dernière entrée de votre flux RSS sur mon blog. Si vous ne le souhaitez pas merci de me contacter, je la retirerais.

    Mon blog étant sur un thème botanique et graphique, cette entrée me semblait utile pour tous.

    Merci

    RépondreSupprimer
  6. C'est moi qui vous remercie, Yann, pour le lien sur votre "Blog Espace graphique". Je suivais déjà "Espace graphique", et découvre avec intérêt votre blog botanique et graphique que je rajoute d'ailleurs aussitôt dans mes favoris !

    RépondreSupprimer
  7. PS : au moment de publier mon message, je vois, sur la bande latérale de mon blog, la fleur d'alliaire, presque telle que vous l'avez "aquarellisée" sur Espace Graphique, à s'y méprendre !

    RépondreSupprimer
  8. Que de jolies photos ! Grâce à vous, j'ai pu identifier un superbe merisier à grappes que j'ai dans mon jardin.

    RépondreSupprimer
  9. Merci pour la visite et le commentaire, Lilou !

    RépondreSupprimer
  10. Bonjour et merci pour les photos et les détails. Je cherche à savoir si je peux manger les petits fruits de l'arbre qui me semble bien être un merisier-grappe, dans mon jardin; la fleurs c'est exactement ça (quel parfum!) et le fruit, de vert, rouge à noir; mais il semble plus petit que sur vos photos...

    RépondreSupprimer
  11. Il est quasiment impossible de répondre à votre interrogation à distance, Anonyme : s'agissant des arbres ou plantes, lorsqu'il y a risque de confusion, il faut vraiment voir le spécimen pour pouvoir le reconnaître sans aucun doute. Pour le merisier à grappes, il en existe plusieurs sortes, de tailles variables tant au niveau de l'arbre lui-même que des feuilles et des fruits. Quant au goût du fruit, il passe de l'excellent à... l'insipide, vous voyez combien, parfois, la subjectivité dans ce domaine prédomine. En ce qui me concerne, je trouve que ce fruit, lorsqu'il est mûr à point, a vraiment une saveur de cerise, plus ou moins amère selon l'arbre, l'endroit où il pousse, le temps... Bref, l'année dernière, j'ai dégusté des fruits délicieusement sucrés sur un arbre, cette année, le même arbre a donné des fruits plutôt aqueux et encore amers, je regoûterai dans une quinzaine de jours si le soleil veut bien...
    PS : j'ai vu, sur un site, quelqu'un présenter un laurier-cerise (TOXIQUE) comme étant un merisier-grappes, c'est pourquoi, je dis qu'il faut être vigilant en matière de reconnaissance des arbres fruitiers sauvages, l'observation des uns n'étant pas celle des autres : de mon point de vue, pourtant, il n'y a aucune confusion possible entre ces deux arbres au niveau du tronc, des feuilles, de l'allure générale, leurs seules caractéristiques communes étant la floraison et la fructification en grappes, comme tant d'autres arbres !

    RépondreSupprimer

Libellés

acacia (6) actualité (1) agaric sylvestre (1) ail des ours (1) ail triquètre (3) alliaire (4) arbres (1) arroche (1) arroche en arbrisseau (1) bardane (2) beignet (4) berce (7) bernaches (1) bette (1) bette maritime (4) betterave (1) bière (1) bigorneau (2) blogs (4) blogs amis (5) blogs recommandés (2) bonbon (1) boulettes (2) bourdaine (1) bourrache (2) bourse à pasteur (1) bretagne (14) buccins (1) calamar (1) camélia (1) champignons (6) chardonneret élégant (1) châtaigne (1) chou marin (1) ciboulette (2) clavaire crépue (1) clématite des haies (1) clitocybe améthyste (1) clitocybe laqué (1) colza (3) combava (1) compagnon rouge (2) confiture (8) consoude (6) contribution lecteurs (1) coques (3) cornouille (1) coulemelle (1) crabe vert (1) cramaillote (2) crambe maritime (1) crème dessert (1) cressonnette (1) criste (3) cross over (2) cross over (blogs) (1) cuisine exotique (1) dédicace (5) dessert (3) diplotaxis(fausse roquette) (1) dolmades (4) égopode (2) encre de seiche (1) étourneau sansonnet (1) excidie glanduleuse (1) farce (2) farci (1) farcis (1) faune (1) feuille de pêcher (1) ficaire (1) fiche (3) fiches (16) fistuline hépatique (1) fleur de pissenlit (1) fleurs (2) gateau (3) gâteau (4) gelée (7) glace (2) glaucienne jaune (1) guimauve (1) histoire (1) huîtres (6) huppe fasciée (1) inconnues à identifier (1) jardin (4) laitue sauvage (1) lampsane (1) lavatère (1) lavatère maritime (1) lépiote élevée (1) lierre terrestre (2) liqueurs (2) livres (2) lunaire ou monnaie du pape (1) maceron (3) mahonia aquifolium (1) maquereau (1) mauve royale (3) mauve sylvestre (1) mélisse (1) merisier à grappes (1) mésanges (1) moineau domestique (1) moutarde (2) mûre (7) navet sauvage (1) nems (2) obione (2) oiseaux (2) oiseaux terrestres (2) oreille de judas (1) paillassons (1) pain (1) palourdes (1) papillon (1) pariétaire (1) passiflora caerulea (1) pause (1) pavot cornu (1) perruche (1) phytolaque (6) pic noir (1) picridie (1) pinson des arbres (1) pissenlit (7) pivert (1) plantes sauvages (1) pleurote (2) poisson (2) poule au riz (1) praires (1) printemps (2) pruneau (1) prunelle (1) prunes (4) pub (1) purée (1) quiche (1) ravenelle (1) réédition (1) rencontres (1) renouée du Japon (5) résolutions (1) rhododendron (2) risotto (2) ronce (1) rumex (1) salade (3) salades (1) sambos (1) seiche (1) sirop (3) sorbier des oiseleurs (3) soupe (5) souvenir (1) sureau (7) tag (1) tanaisie (1) tartinades (1) tempête (1) tourteau (1) trémelle (1) tussilage (2) violette (1) voeux (1)