observation préliminaire

Ce blog est ma création et, à ce titre, il est protégé, textes et images, par le "copyright', ou droit d'auteur (code de la propriété intellectuelle). Sauf pour un usage privé, toute reproduction sans mon autorisation est interdite.
POUR ME CONTACTER, laisser un message en commentaire.
Il est TRES IMPORTANT de lire la présentation complète de ce blog avant de consulter les messages (cliquer sur l'onglet correspondant). En effet, la cueillette des sauvages ne s'improvise pas (...) En aucun cas, les renseignements fournis dans ce blog ou les expériences culinaires personnelles relatées ici ne sauraient constituer une incitation à consommer des plantes sauvages (...), ni m'engager de quelque façon que ce soit vis-à-vis des lecteurs (...)
Dernier memo en date :
30 janvier 2016
Chers amis lecteurs, en attendant que je reprenne un par un les billets de ce blog dont certains lecteurs m'ont signalé qu'il était illisible car parfois écrit jaune sur blanc (*), je suis encore dans les temps pour vous souhaiter une très belle année 2016... Lire la suite ici http://bellessauvagesetplus.blogspot.fr/2016/01/blog-en-cours-de-restauration-non-non.html

mardi 4 août 2009

prunes... sauvages !

Cela va faire une bonne dizaine d'années que j'habite à deux pas de ce bois limitrophe de ma ville. Or, jusqu'à récemment encore, je ne m'y promenais jamais sauf les rares fois où mes amis provinciaux m'en suggéraient l'idée lorsqu'ils étaient en manque de verdure... au bout de trois jours dans la capitale ! En ce qui me concerne, sauf le chemin très court entre ma maison et la station de taxi ou de bus, je ne connais pas ma banlieue, trop proche de Paris (dans la même rue, d'un trottoir à l'autre, on change de département !), j'ai toujours le réflexe "Paris" pour la plupart des courses ou promenades (difficile de chasser plus de vingt ans d'habitude !). Or, il y a trois ans, un jour que j'avais envie de m'aérer un peu sans prendre les transports, je suis allée faire un tour au bois (pas d'ambiguïté, hein, les parisiens !!!) et j'ai eu la surprise de voir que ce bois avait des allures très "sauvage" : des buissons de mûres partout, des noisetiers, des aubépines chargées de cenelles, des châtaigniers, et autres arbres à délices me tendant les bras, comme lors de mes promenades dans la campagne de mon enfance ! Bon, d'accord, ce n'est pas la forêt de Tronçais, mais je suis étonnée que, si près de la capitale, on trouve un bois aussi bien agencé et savamment entretenu pour laisser une grande part à un espace naturel où la végétation peut s'épancher librement. Du coup mes instincts de cueilleuse, stimulés ses dernières années par des lectures très orientées dont j'ai déjà parlé (l'ethnobotanique) sont vite revenus. Je suis prête pour le régime paléo. ! Depuis, et ceux qui suivent ce blog, le voient, c'est du printemps à l'hiver que j'y vais faire mes provisions en tout genre : laitue sauvage, roquette, chénopode, amarante, bardane, phytolaque, pour les légumes, acacia, sureau pour les beignets...
- Selon les saisons, on remarque plus ou moins certains végétaux. Cette année, j'ai pris le temps d'aller voir les arbres en fleurs, ce qui m'a permis de remarquer beaucoup de pruniers sauvages. J'y suis retournée en début de saison, puis j'ai suivi les cycles de "mon" verger sauvage ! Voilà, maintenant les prunes sont mûres à point pour la bouche ou la transformation en confiture ! Elles sont simplement dé-li-cieuses ! Rien à voir avec les prunes du commerce qui, à part la courte saison de nos reines-claudes ou mirabelles, pour la plupart viennent d'Afrique du Sud ou du Chili, ces énormes fruits qui n'ont ni saveur ni parfum...
- En principe, je n'aime pas trop la confiture de prunes, mais là, les pruniers croulent sous les fruits, apparemment peu de personnes les cueillent. Lors de ma sortie, j'ai seulement rencontré une bande de flics arpentant le bois pour s'assurer du bien-être des SDF, de plus en plus nombreux à installer leurs tentes... "Elles sont déjà mûres ?" m'a demandé l'un des agents, de loin. Ah, ils avaient l'air de connaître l'endroit, eux... "Pas toutes, mais chertaines foui..." ai-je répondu la bouche pleine !!! "Bon appétit !", m'a-t-il lancé, en rigolant ! "Meeurcheu.."

Il y en a de toutes les couleurs : rouges...
ou jaunes, dorées à souhait (ces dernières avec un super goût de mirabelle !)

C'est une année à prunes, les branches sont tellement chargées qu'elles penchent jusqu'au sol...


Une fois cuite, la confiture revêt une couleur cuivre qui se confond avec celle de la bassine. Comme il est impossible de les dénoyauter (la chair colle vraiment au noyau !), j'en ai fait une gelée très "rustique".
RECETTE RAPIDE
qui peut s'appliquer aussi aux prunes cultivées qui ne sont pas très belles ou difficiles à dénoyauter :
- rincer rapidement les prunes ;
- les mettre dans une marmite, couvrir à niveau d'eau, faire cuire une demi-heure, le temps que les prunes se défassent, les écraser légèrement avec un presse-purée pour faire faire sortir la pulpe ;
- laisser tiédir puis filtrer dans une passoire pas trop fine pour laisser passer la pulpe ;
- le faire macérer avec le sucre à proportion de 800 g (*) par litre de jus épais obtenu, et en y ajoutant le jus de 1 citron par litre de jus ; remuer et laisser reposer au moins 2 heures ;
- cuire dans la bassine à confiture environ 30 mn, jusqu'à la prise en confiture ;
- mettre en pots à chaud.


On obtient une superbe gelée "trouble" à cause de la pulpe, mais je n'aime pas la gelée dite fine, très transparente, juste obtenue avec le jus du fruit qu'on filtre au chinois ou à travers un linge. Il ne reste plus qu'à coller les étiquettes. J'aime bien les faire moi-même, maintenant avec l'ordinateur, c'est génial, du copier-coller et on se retrouve avec une planche de 24 étiquettes en 3 secondes !
Comme j'ai récolté beaucoup de fruits, pour varier un peu, j'ai fait aussi une tournée de prune-groseille. Les deux versions sont très bonnes. La prune sauvage n'a rien de comparable avec la prune cultivée : comme je l'ai dit, impossible de détacher la chair du noyau, juteuse mais non aqueuse, peu de parfum crue, mais exhalant un subtil parfum proche du "pruneau" à la cuisson. Quant à la confiture, elle est excellente, rappelant presque, curieusement, la confiture de... cynorhodons ! Ca tombe bien, j'adore aussi, sauf que celle du commerce est trop sucrée et n'a jamais ce goût spécifique de la baie. J'en ferai à la saison, c'est-à-dire vers octobre-novembre... si j'arrive à en cueillir. Ici, dans le bois, les baies dessèchent sans pouvoir être exploitées. Peut-être dans ma Bretagne, où il y a plein d'églantiers, sinon j'ai de beaux massifs de rosiers rugosa avec des fruits magnifiques, il suffit que les oiseaux m'en laissent un peu ! C'est plus doux et moins savoureux que le fruit sauvage, mais c'est bon quand même.
Voilà, les pots sont rangés dans le placard à confitures... Je les oublie pendant un mois, le temps qu'elle "repose", puis je regoûte pour savoir si elle est très bonne et donc "donnables", puis vient le plaisir de la distribution ou des envois de colis. Ben oui, je produis trop pour ma consommation personnelle, mais comme j'adore faire des confitures... Et je n'aime pas les garder trop longtemps. En principe, je les écoule dans l'année, ça permet d'en refaire tous les ans, de suivre le cycle des saisons, des années...
************

22 commentaires:

  1. L'était bien bonne ta "confiote" au petit déjeuner en plus... sur du bon pain de campagne et, -chut ça ne se fait pas mais je n'y résiste pas- en faisant trempette dans un grand bol de café chaud...
    Depuis une semaine, les fruits mangés chez moi sont essentiellement des prunes mais je n'en raffole pas sans doute la fadeur du fruit... je n'ai pas regardé d'où elles venaient, honte à moi :o)
    Passe une belle journée

    RépondreSupprimer
  2. Tu donnes vraiment l'envie... l'envie de faire un tour dans la forêt, l'envie de déguster, l'envie... de tout et particulièrement de mirabelles !
    Bravo :_)

    RépondreSupprimer
  3. - Oui, Moun, c'est mon petit'déj préféré, les tartines ! T'inquiète pas, la trempette, on l'a tous fait, j'en suis sûre ! Je fais encore, de temps en temps... Mais c'est vrai qu'avec le thé (que j'ai définitivement adopté pour le matin), je suis moins tentée !
    - André, tu dois avoir plein de mirabelles dans ton coin !!! Je l'aime bien en... liqueur, mais, chut....

    RépondreSupprimer
  4. Tu es sûre que ce ne sont pas des Mirabelle ? Elles semblent vraiment identiques et dans la couleur et dans la taille aux Mirabelle de Metz (jaunes)et Mirabelles de Nancy (rouges et jaunes).
    Ceci dit, tu as peut-être raison parce que je n'ai pas ta difficulté pour dénoyauter.
    As-tu remarqué si les jaunes sont plus acides ?

    RépondreSupprimer
  5. C'est vrai, Djoz, qu'elles ressemblent beaucoup aux mirabelles, mais je trouve qu'il leur manque juste l'odeur, et ce qui m'étonne, c'est qu'on n'arrive pas à les dénoyauter. Mais peut-être que les "sauvages" sont comme ça ? Oui, j'ai remarqué que les jaune-jaune sont plus acides que les jaune-rouge, qui restent, quand même pour les sauvages, bien acidulées, c'est bien pour la confiture, je trouve, car je n'aime pas les fruits trop sucrés pour la confiture...

    RépondreSupprimer
  6. Ce sont peut-être des rejets de cultivars de Mirabelle revenus à leur état naturel. On retrouve bien les particularités que tu précises sur leur acidité.

    RépondreSupprimer
  7. Tu dois avoir raison, car je crois que, dans cette zone proche du château de Vincennes, il y avait (du temps des rois !), des vergers, j'ai d'ailleurs aussi repéré plein de pommiers ! La politique d'entretien de ce bois n'est pas mal faite, elle favorise, à titre expérimental, une végétation indigène assez intéressante, car, pendant longtemps, les "envahisseurs" avaient pris le dessus (acacia, renouée du Japon, etc.)... Il y a aussi des "fermes" pilote pour sensibiliser les enfants (dont certains n'ont jamais vu le lait qu'en brique, ou des petits pois en sachet congélation !), des espaces pour l'apiculture...

    RépondreSupprimer
  8. 14 juillet 2010, cette année encore chez moi ces petites prunes jaunes sauvages ont rempli mon grand panier
    j'en fait de la compote sans sucre (mais effectivement c'est très acide) mais comme après je la mélange à de la compote de pommes (de mon jardin) trop sucrée même sans y ajouter du sucre, ça s'équilibre
    je ne pense pas que ce soit des repousses car chez nous en Provence on en trouve en pleine campagne, , ou alors ce sont des noyaux rejetés par quelqu'oiseau qui ont donné naissance à ces arbres

    RépondreSupprimer
  9. Ha ha, Anonyme, le bonheur d'habiter la Provence, elle est toujours en avance ! J'ai "visité" mes sauvages dimanche, il faudra attendre encore une petite semaine. Sinon la récolte promet d'être bonne encore cette année, sauf que, à ce moment-là, je serai sans doute en Bretagne, et dans les bois très fréquentés comme ici en IDF, après l'heure, ce n'est plus l'heure !!! Tu as raison, ce ne sont pas forcément des rejets d'arbre, car je vois souvent des jeunes sujets, semés sans doute par les oiseaux, et en Bretagne, j'en ai trouvé aussi alors que je n'ai aucun prunier, pour l'instant ! Bonne compote, merci pour la visite, et bonjour à ta belle région qui sent si bon l'été !

    RépondreSupprimer
  10. Petite contribution en échange de toutes les informations passionnantes que je découvre sur ce blog!
    Je ramasse également ces petites prunes sauvages en Dordogne.
    Pour ma part, je les coupe en 2 au couteau. J'utilise les moitiés sans noyaux pour faire des crumbles légèrement acidulés délicieux (les moitié se congèlent très bien crues), puis les moitiés avec noyaux pour faire des marmelades (les noyaux sont extraits en cours de cuisson au moulin à légumes grosse grille). A l'arrivée, léger goût de confiture d'abricot avec quelques amandes mondées en fin de cuisson.
    Cette année, mon arbre préféré croule, je vais essayer de faire en plus, des compotes cuites dans un vin blanc sec avec juste une goutte d'alcool de prune en fin de cuisson (la difficulté est que les fruits restent entiers même après stérilisation)...

    RépondreSupprimer
  11. Mille mercis, Anonyme Sympa, pour cette contribution très bien accueillie, car je viens de faire un tour au bois, les pruniers sauvages croulent aussi sous les fruits cette année, et mon souci était de les voir se dessécher à cause du manque de pluie. Ouf, il vient de tomber pas mal de gouttes depuis deux jours, de quoi au moins les rafraîchir un peu... Je ne pense jamais à la congélation, c'est une bonne suggestion les années où les fruitiers sont généreux ! Mon seul prunier (reine claude d'Oullins) en Bretagne portait beaucoup aussi, pour la première fois cette année, à ma dernière visite, j'espère que les oiseaux et le vent m'en laisseront quelqu'unes pour ma prochaine ! Merci pour ta visite ! Si tu reviens, signe d'un petit nom après le com, cela me permettra de distinguer un "anonyme" d'un autre !!!

    RépondreSupprimer
  12. Un grand merci pour tes conseils. Sans cette recette, les prunes sauvages récoltées auraient certainement finies dans le composteur.
    J'ai suivi ta recette en y ajoutant une gousse de vanille dans la cuisson. J'ai obtenu une confiture onctueuse et d'un goût exceptionnel.

    RépondreSupprimer
  13. C'est moi qui te remercie, Sylvie, pour la visite, et la prochaine fois, je vais essayer avec la gousse de vanille, ça ne peut que renforcer ce goût vanillé que la prune sauvage possède un peu intrinsèquement, c'est ce que j'adore chez elle !
    PS : ç'aurait été dommage que tes prunes finissent dans le composteur !!!

    RépondreSupprimer
  14. gelee de prune

    moi pour faire ma gelee de prune je mets un peu de sirop de cane en plus de la vanille liquide.mais ce qui me derange c est toujours ce gout acide et je ne sais pas comment faire pour enlever ce gout acide.
    si quelqu un à la solution,j aimerai bien qu il me la donne(. merci d avance.

    la blagueuse.

    bonne journee.

    RépondreSupprimer
  15. excusez moi pour la faute à cane,j ai mis qu un n aulieu d en mettre 2.

    RépondreSupprimer
  16. Très intéressant! J'ai hâte de m'essayer!

    Par contre, petit commentaire côté lisibilité!
    Le jaune est trop clair pour un fond blanc, les mots sont donc plus difficile à lire

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Hiiii, je n'avais pas vu qu'en modifiant les paramètres des anciens billets, le jaune sur fond blanc allait être illisible !!! Je dois effectivement restaurer ce blog, billet par billet, en fonction de cet aspect des choses. Hou la la, déjà que je n'ai pas le temps de faire de nouveaux billets... Merci pour la visite et, croyez-en moi, la gelée de prunes sauvages est vraiment dé-li-cieuse !

      Supprimer
  17. jeviens de trouver ton blog !j'adore! je chercher des idées car un prunier est apparu dans mon jardin, je croyais qu'il venait de chez le voisin , et lui, du mien . Il zig_zag de part et d'autre de la clôture! Bref! il est chargé à mort (et oui , une branche en est cassée) de petites prunes jaunes et rouges ...je dirai 20kgs...donc je cherche à optimiser mes conserves pour ne rien gâcher.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Un prunier qui croule sous les fruits, mon rêve !!! J'ai mis quelques fruitiers, dont des pruniers, dans mon nouveau jardin, mais alors, c'est désespérant : il y a trop d'oiseaux, surtout des merles, qui passent toujours avant moi ! La confiture de prunes est l'une des plus savoureuses que je connaisse.

      Supprimer
  18. Colibri, j'adore tout ce que tu fais et nous conseille.
    En ce moment je suis en plein ramassage des prunes avant que les étourneaux me les bouffent comme l'année dernière (grrrrr). Mon soucis est de les dénoyauter avant que ma Puce puisse faire les confitures: c'est long à le faire à la main. J'y passe des heures avec un couteau qui coupe bien, mais ... N'y aurait-il pas possibilité de les dénoyauter avec un petit appareil ?
    Mais quel appareil ??? Le saurais-tu ? J'espère et te remercie pour tout ce que tu fais et nous dis.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. O'Thrace, depuis que j'ai découvert les prunes sauvages, j'adore cette confiture ! Si les prunes ne sont pas grosses, on peut utiliser un dénoyauteur pour cerises ou olives, mais c'est long quand même et pas très efficace parce que, contrairement à ces fruits, le noyau des prunes collent à la chair. La méthode la moins fastidieuse est celle qui figure dans ce billet ("recette rapide"), mais je préfère ma recette publiée dans un des autres billets sur les prunes sauvages, c'est long mais joli quand on des prunes de couleurs différentes, et la confiture avec gros morceaux est meilleure à mon goût.
      Merci pour la visite et ton com. encourageant !

      Supprimer

Libellés

acacia (6) actualité (1) agaric sylvestre (1) ail des ours (1) ail triquètre (3) alliaire (4) arbres (1) arroche (1) arroche en arbrisseau (1) bardane (2) beignet (4) berce (7) bernaches (1) bette (1) bette maritime (4) betterave (1) bière (1) bigorneau (2) blogs (4) blogs amis (5) blogs recommandés (2) bonbon (1) boulettes (2) bourdaine (1) bourrache (2) bourse à pasteur (1) bretagne (13) buccins (1) calamar (1) camélia (1) champignons (6) chardonneret élégant (1) châtaigne (1) chou marin (1) ciboulette (2) clavaire crépue (1) clématite des haies (1) clitocybe améthyste (1) clitocybe laqué (1) colza (3) combava (1) compagnon rouge (2) confiture (8) consoude (6) contribution lecteurs (1) coques (3) cornouille (1) coulemelle (1) crabe vert (1) cramaillote (2) crambe maritime (1) crème dessert (1) cressonnette (1) criste (3) cross over (2) cross over (blogs) (1) cuisine exotique (1) dédicace (5) dessert (3) diplotaxis(fausse roquette) (1) dolmades (4) égopode (2) étourneau sansonnet (1) excidie glanduleuse (1) farce (2) farci (1) farcis (1) faune (1) feuille de pêcher (1) ficaire (1) fiche (3) fiches (16) fistuline hépatique (1) fleur de pissenlit (1) fleurs (2) gateau (3) gâteau (4) gelée (7) glace (2) glaucienne jaune (1) guimauve (1) histoire (1) huîtres (6) inconnues à identifier (1) jardin (4) laitue sauvage (1) lampsane (1) lavatère (1) lavatère maritime (1) lépiote élevée (1) lierre terrestre (2) liqueurs (2) livres (2) lunaire ou monnaie du pape (1) maceron (3) mahonia aquifolium (1) maquereau (1) mauve royale (3) mauve sylvestre (1) mélisse (1) merisier à grappes (1) mésanges (1) moineau domestique (1) moutarde (2) mûre (6) navet sauvage (1) nems (2) obione (2) oiseaux (2) oiseaux terrestres (1) oreille de judas (1) paillassons (1) pain (1) palourdes (1) papillon (1) pariétaire (1) passiflora caerulea (1) pause (1) pavot cornu (1) perruche (1) phytolaque (6) pic noir (1) picridie (1) pinson des arbres (1) pissenlit (7) plantes sauvages (1) pleurote (2) poisson (2) poule au riz (1) praires (1) printemps (2) pruneau (1) prunelle (1) prunes (4) pub (1) purée (1) quiche (1) ravenelle (1) réédition (1) rencontres (1) renouée du Japon (5) résolutions (1) rhododendron (2) risotto (1) ronce (1) rumex (1) salade (3) salades (1) sambos (1) sirop (3) sorbier des oiseleurs (3) soupe (5) souvenir (1) sureau (7) tag (1) tanaisie (1) tartinades (1) tempête (1) tourteau (1) trémelle (1) tussilage (2) violette (1) voeux (1)