observation préliminaire

Ce blog est ma création et, à ce titre, il est protégé, textes et images, par le "copyright', ou droit d'auteur (code de la propriété intellectuelle). Sauf pour un usage privé, toute reproduction sans mon autorisation est interdite.
POUR ME CONTACTER, laisser un message en commentaire.
Il est TRES IMPORTANT de lire la présentation complète de ce blog avant de consulter les messages (cliquer sur l'onglet correspondant). En effet, la cueillette des sauvages ne s'improvise pas (...) En aucun cas, les renseignements fournis dans ce blog ou les expériences culinaires personnelles relatées ici ne sauraient constituer une incitation à consommer des plantes sauvages (...), ni m'engager de quelque façon que ce soit vis-à-vis des lecteurs (...)
Dernier memo en date :
30 janvier 2016
Chers amis lecteurs, en attendant que je reprenne un par un les billets de ce blog dont certains lecteurs m'ont signalé qu'il était illisible car parfois écrit jaune sur blanc (*), je suis encore dans les temps pour vous souhaiter une très belle année 2016... Lire la suite ici http://bellessauvagesetplus.blogspot.fr/2016/01/blog-en-cours-de-restauration-non-non.html

jeudi 21 mai 2009

clématite des haies

Addendum du 13 JUIN 2009

schéma pour couper la sommité de la plante AU PRINTEMPS, à une période où elle est encore toute jeune et en début de végétation (cliquer sur la photo pour l'agrandir) : on coupe la sommité tendre sur une petite dizaine de centimètres. Bien laver et, éventuellement recouper pour ne garder que la partie supérieure de la pousse. A CONSOMMER CUITE.
Le commentaire de SIMON sur ce message m'amène à le compléter en partant, outre de ma consommation personnelle sans inconvénients, des références livresques que j'ai sous la main.
Toxicité
la Clematis vitalba (clématite des haies, vigne blanche) et la Clematis recta (clématite droite) sont données pour toxiques, dans la mesure où la plante adulte et fraîche est irritante et vésicante (qui détermine des ampoules sur la peau – v. Robert). Elle peut provoquer des dermites ou des cloques chez les personnes sensibles
(v. Encyclopédie des Plantes médicinales, P. Cecchini, éditions de Vecchi)
Utilisations alimentaires
On peut lire par ailleurs, dans plusieurs ouvrages, que la plante a été souvent consommée jadis, et l'est encore. Voici quelques extraits :
"Contrairement à la plante adulte qui est irritante et vésicante, ses jeunes pousses cuites à l'eau comme des asperges ont une saveur douce et sont tendres"
(v. De la cueillette à l'assiette, Catherine Charmetant et Philippe Rivault)."On consommait jadis dans certaines régions les jeunes pousses de la clématite vigne-blanche comme des asperges après les avoir fait cuire à l'eau. Contrairement à la plante adulte, elles ne sont qu'à peine irritantes lorsqu'elles sont fraîches et plus du tout une fois cuites"
(Guide des plantes sauvages comestibles et toxiques, François Couplan et Eva Styner, chez Delachaux et Niestlé ; Reconnaître facilement les plantes, François Couplan, chez le même éditeur).
En ce qui me concerne, je consomme la clématite des haies sans aucun inconvénient, en en cueillant la sommité au printemps, sur une plante jeune, en début de végétation. J'en coupe les sommités sur une petite dizaine de centimètres (voir photo ci-dessus) et je les cuis.
CETTE PLANTE NE SE MANGE PAS CRUE.*****************
MESSAGE D'ORIGINE :
En complément du message "initiation aux sauvages" du 6 mai, voici la clématite des haies, plante comestible dont on consomme l'extrémité, au printemps, à la façon des aspergettes.

Ici, au premier plan, pousses de clématite des haies cuites à l'eau. Froides en salade, c'est bon avec une vinaigrette. Chaudes, sautées avec un beurre d'escargot, ou servies avec une sauce au roquefort, par exemple, elle peut être intéressante car elle est assez abondante et facile à cueillir. Il suffit de la sectionner sur les dix premiers centimètres du sommet de la plante.

C'est une plante grimpange à végétation rapide, on la rencontre partout, en tapis, dans les bois où elle forme de véritables haies à elle toute seule.


Elle peut ainsi former des buissons entiers, s'enroulant autour d'elle-même avec ses copines,
... ou sur tout support qu'elle trouve à proximité, allant même jusqu'à étouffer la végétation environnante.

Partir à l'assaut des grands érables ne lui crée aucun état d'âme !

La plante adulte n'est pas conseillée en cuisine, car elle contient une certaine âcreté désagréable en bouche, ainsi que des substances irritantes.
En revanche, ses jeunes pousses, qui n'ont pas une saveur particulière, sont assez douces et agréables à manger.

15 commentaires:

  1. Une assiette fort jolie et appétissante à n'en point douter...

    RépondreSupprimer
  2. Bonjour,
    Cette clématite est effectivement très envahissante. Un voisin m'a dit que cette plante est commestible, ce que semble confirmer la photo ci-dessus. J'ai donc arraché une jeune feuille à l'extrémité d'une pousse et je l'ai mise en bouche. Je l'ai rapidement recrachée, le suc est particulièrement irritant, et l'irritation de la gorge qui s'en est suivie a durée plusieurs heures après ce test, qui a pourtant porté sur moins d'un gramme de cette plante. Certains sites décrivent la clématite des haies comme toxique et même mortelle !
    Alors je me demande : commestible ou pas ???

    RépondreSupprimer
  3. Bonjour Simon,
    bienvenue sur ce blog, et merci beaucoup pour ce commentaire qui m'amène à compléter, à ton intention, mon billet par quelques explications, du moins celles qui sont vulgarisées, car, comme je l'ai dit sur mon bandeau, à droite, ce blog est avant tout culinaire ou contemplatif, sans aucune prétention médicinale ou bonatique ! J'espère répondre à ton interrogation, en partie ! En tout cas, je t'assure que je consomme la clématite des haies sans observer aucun désordre !

    RépondreSupprimer
  4. ... cela dit, lorsqu'une plante nous paraît suspecte en raison de plusieurs avis contradictoires, vaut mieux ne pas se faire violence et s'abstenir, ou juste goûter en toute petite quantité, à titre de curiosité... C'est comme pour certains champignons, donnés pour toxiques mais que beaucoup consomment sans inconvénient alors que quelques-uns ont réellement eu des problèmes... En matière de plantes,je fais totalement confiance à des ethnobotanistes, comme F. COUPLAN, par exemple... Souvent, il faut lire plusieurs ouvrages avant d'avoir une vue d'ensemble d'une plante. C'est le cas pour l'IF, dont tout le monde connaît la haute toxicité de toute la plante et des fruits. Or, l'arille de l'if est délicieuse à manger : il suffit de ne consommer que la partie charnue rouge, et de prendre soin de recracher la graine car c'est elle qui est toxique... Le principe de précaution veut que pour la plupart des ouvrages vulgarisés, si on ne veut pas entrer dans les détails, on va donner pour toxique une plante dans son ensemble, alors qu'une partie de celle-ci est comestible et même très bonne...

    RépondreSupprimer
  5. Merci pour ces éclairages. Partant de l'adage "ce qui ne tue pas, renforce", je vais retenter l'expérience mais en cuisant cette fois-ci la bête. D'après des informations recueillies sur d'autres sites, il semblerait que l'alcaloïde responsable de la toxicité de la plante ne supporte pas la cuisson.

    RépondreSupprimer
  6. Bonjour SIMON, mais il faudra, à mon avis, attendre le printemps prochain, car les "pousses" actuelles, un peu avancées en âge, sont plutôt des tiges à fleurs et risquent d'être... très irritantes ! Quant aux adages, vaut mieux les réserver à un autre domaine, plus approprié, qu'à celui des plantes sauvages qui, si elles ne raisonnent pas, peuvent néanmoins nous jouer de très vilains tours ! Comme pour beaucoup de plantes, oui, souvent l'élément toxique est détruit par la cuisson...

    RépondreSupprimer
  7. Je cherche à comprendre pourquoi dans notre pagus percheron on désigne ce que vous désignez comme clématite des haies sous le nom de VIORNE.
    Y a-t'il confusion de termes ?
    Est-ce un patois ?
    Gerfaut

    RépondreSupprimer
  8. Bonjour Gerfaut, c'est étrange que cette plante liane (Clematis vitalba) soit effectivement appelée en quelques endroits "viorne des pauvres", "herbe aux gueux", et si je n'ai pas partie de l'explication pour la première désignation (pourquoi une "viorne" ?), elle rejoint en sa seconde partie, l"herbe aux gueux", ainsi appelée du fait que les miséreux se servaient de ses propriétés vésicantes (provoquant des lésions de la peau) pour aviver leurs plaies et inspirer encore plus de pitié ! Heureusement qu'elle possède par ailleurs le joli nom de "vigne blanche", "berceau de la Vierge"...

    RépondreSupprimer
  9. Bonsoir,
    Je viens de découvrir que en Charente -16-, cette plante que je trouve très décorative, est appelée "guizeaume" ou "guizeaube". Connaissez vous l'origine de ce mot, peut-être dérivé de l'occitan puisque nous sommes à l'entrée de cette zone.
    D'avance merci.
    Mary.

    RépondreSupprimer
  10. bonjour moi en étant gamine
    nous vivions a la campagne
    moi et mes cousins nous fumions ceci quand les tiges était bien sécher et plus de feuilles dessus
    nous choisissions que des gros tiges
    nous appelions sa de la viouche ou liane de tarzan mdr
    que l'on peut être bête quand nous sommes enfants
    mais voila en tombant sur cette article
    je découvre une chose et je vais essayer car tout ce qui fait partie de la nouvelle nourriture j adore gouter
    bon il est vrais que notre belle dame nature a beaucoup a nous donner
    hélas beaucoup ne le respecte pas
    merci pour ce beau partage
    bizzzzzzzzz de gigi

    RépondreSupprimer
  11. Bienvenue, Gigi, tes souvenirs me rappellent un peu les miens, mes frangins, eux, fumaient... les tiges de sureau comme des gros cigares !!! En ce qui me concerne, l'enfance à la campagne a cela de positif qu'elle m'a permis de ne jamais oublier que nous en faisons partie intégrante, et de la penser de l'intérieur vers l'extérieur et non comme un élément à part, la détruire, d'une façon même anodine, ne serait-ce qu'en supprimant une haie, c'est perturber tout un écosystème, toute la biosphère, avec un effet domino inimaginable... J'espère que nos architectes, nos ingénieurs de la "nature" reviendront à une réflexion plus humaniste...

    RépondreSupprimer
  12. La photo n° 3 ne me semble pas être la photo de la clématite sauvage mais bien celle d'une plante grimpante également : le houblon, Humulus lupulus comestible lui aussi selon les mêmes préparations!

    RépondreSupprimer
  13. Je te présente mes excuses, je viens de regarder en grand cette photo..... c'est bien cellle de la clématite! Je suis confuse, j'ai été leurrée par les feuilles en arrière plan qui sont celles d'orties et fort semblables sur cette petite photo à celle du houblon! Il n"en reste pas moins que le houblon est lui aussi bien comestible et c'est même une spécialité très recherchée en Belgique !

    Je suis rouge de honte................

    RépondreSupprimer
  14. Je te présente toutes mes excuses, je viens de regarder la photo " en grand".... il s'agit bien de la clématite sauvage!
    J'ai été leurrée par les feuilles d'orties en arrière plan, celles ci sur la photo ressemblent fort à celles du houblon. Qui quand à lui est bien comestible également.


    Je suis rouge de honte, je regarderai à plusieurs fois dorénavant et tournerai mon clavier 7 fois avant de cliquer sur envoi!!

    RépondreSupprimer
  15. Pas de souci, Lépiote ! C'est vrai que mes photos ne sont pas toujours bonnes, surtout celles publiées au début du blog !!! Depuis, j'essaie de faire des photos plus représentatives et plus nettes ! Je viens de prendre des photos d'un beau Houblon... Il le faudra attendre le printemps prochain pour cuisiner ses pousses ! Je te mettrai la photo en dédicace dans une prochain billet ! Merci pour la visite !
    PS : hiii, moi aussi, des fois j'envoie trop vite, les affres d'internet, surtout lorsqu'on a plusieurs aliasss et qu'on ne publie pas sous le bon !!!

    RépondreSupprimer

Libellés

acacia (6) actualité (1) agaric sylvestre (1) ail des ours (1) ail triquètre (3) alliaire (4) arbres (1) arroche (1) arroche en arbrisseau (1) bardane (2) beignet (4) berce (7) bernaches (1) bette (1) bette maritime (4) betterave (1) bière (1) bigorneau (2) blogs (4) blogs amis (5) blogs recommandés (2) bonbon (1) boulettes (2) bourdaine (1) bourrache (2) bourse à pasteur (1) bretagne (13) buccins (1) calamar (1) camélia (1) champignons (6) chardonneret élégant (1) châtaigne (1) chou marin (1) ciboulette (2) clavaire crépue (1) clématite des haies (1) clitocybe améthyste (1) clitocybe laqué (1) colza (3) combava (1) compagnon rouge (2) confiture (8) consoude (6) contribution lecteurs (1) coques (3) cornouille (1) coulemelle (1) crabe vert (1) cramaillote (2) crambe maritime (1) crème dessert (1) cressonnette (1) criste (3) cross over (2) cross over (blogs) (1) cuisine exotique (1) dédicace (5) dessert (3) diplotaxis(fausse roquette) (1) dolmades (4) égopode (2) étourneau sansonnet (1) excidie glanduleuse (1) farce (2) farci (1) farcis (1) faune (1) feuille de pêcher (1) ficaire (1) fiche (3) fiches (16) fistuline hépatique (1) fleur de pissenlit (1) fleurs (2) gateau (3) gâteau (4) gelée (7) glace (2) glaucienne jaune (1) guimauve (1) histoire (1) huîtres (6) inconnues à identifier (1) jardin (4) laitue sauvage (1) lampsane (1) lavatère (1) lavatère maritime (1) lépiote élevée (1) lierre terrestre (2) liqueurs (2) livres (2) lunaire ou monnaie du pape (1) maceron (3) mahonia aquifolium (1) maquereau (1) mauve royale (3) mauve sylvestre (1) mélisse (1) merisier à grappes (1) mésanges (1) moineau domestique (1) moutarde (2) mûre (6) navet sauvage (1) nems (2) obione (2) oiseaux (2) oiseaux terrestres (1) oreille de judas (1) paillassons (1) pain (1) palourdes (1) papillon (1) pariétaire (1) passiflora caerulea (1) pause (1) pavot cornu (1) perruche (1) phytolaque (6) pic noir (1) picridie (1) pinson des arbres (1) pissenlit (7) plantes sauvages (1) pleurote (2) poisson (2) poule au riz (1) praires (1) printemps (2) pruneau (1) prunelle (1) prunes (4) pub (1) purée (1) quiche (1) ravenelle (1) réédition (1) rencontres (1) renouée du Japon (5) résolutions (1) rhododendron (2) risotto (1) ronce (1) rumex (1) salade (3) salades (1) sambos (1) sirop (3) sorbier des oiseleurs (3) soupe (5) souvenir (1) sureau (7) tag (1) tanaisie (1) tartinades (1) tempête (1) tourteau (1) trémelle (1) tussilage (2) violette (1) voeux (1)